Galería Cadaqués Galería Cadaqués

“hacer crecer” de gorka chillida & art concret

la galeria cadaqués – huc malla rouvre les portes de l’emblématique galeria cadaqués 2 en invitant gorka chillida (san sébastian, 1981) et la commissaire barcelonaise irene altaió, qui nous propose un dialogue entre des œuvres de cet artiste et des œuvres d’artistes de référence de l’art concret (max bill, richard paul lohse, max hubert, entre autres).

l’exposition de gorka chillida, intitulée ‘hacer crecer’, accueille un ensemble de dix-huit sculptures en acier de différents formats, ainsi que plus de quarante dessins récents. troisième génération d’une saga d’artistes basques de renommée internationale, gorka chillida a commencé à montrer plus son travail récemment, en recevant un accueil exceptionnel à madrid, san sébastian, barcelone et maintenant à cadaqués. il est l’auteur du dessin de l’affiche de la dernière édition du festival de musique de cadaqués, auquel il profile le périmètre de la baie de cadaqués avec des formes géométriques si caractéristiques de son style de dessin.

son travail explore le potentiel volumétrique de l’espace; et ses sculptures naissent de petits tubes en acier, dont les extrémités se dilatent, générant des couches, des cavités et des ouvertures qui gravitent sur leur propre corps. au moment de les créer, gorka chillida laisse visible sur sa peau la texture des soudures qui joignent les petites pièces, tout en provoquant un jeu de contrastes bien visible. c’est un exercice qui développe l’équilibre entre les dualités intérieur versus l’extérieur, du visible versus ce qui reste caché, et de la suspension versus ce qui gravite. le travail demande au spectateur d’avoir une attitude active afin de trouver, du point de vue en constante évolution, un chemin dans les cavités par lesquelles guider le regard et la pensée.

dans le cas du dessin, il suit des explorations initiées dans le domaine de la sculpture et, en partant du vide, il construit un tissu de formes avec un fort caractère géométrique, qui constituent des “colonies” créées avec des rythmes et des variations répétitives. de fort impact visuel, en monochrome, ses dessins sont des rigoureuses variations formelles à croissance organique.

l’exposition de gorka chillida est liée à une exhibition d’art concret, l’une des lignes d’exposition du galeriste, architecte et artiste italo-suisse lanfranco bombelli, fondateur de la galeria cadaqués (1973-1997), rouverte en 2003 sous les auspices d’huc malla. ainsi, vingt ans après la fermeture de cet espace historique, galeria cadaqués 2 (1976-1982), qui est née du besoin d’accueillir un plus grand nombre d’artistes —dont certains comme joseph beuys, joan brossa, adolfo estrada, richard hamilton et david hockney, frank stella et mies van der rohe—, rend hommage cet été à l’art concret coïncidant aussi avec le centenaire du mouvement bauhaus. la constellation d’artistes liés à la biographie de lanfranco bombelli établit un cadre historique et conceptuel attaché à des compositions géométriques, rigoureuses et systématiques basées sur des supports plastiques minimaux. dans le cas de l’art concret, l’on y trouve l’inspiration dans les mathématiques; dans le cas de gorka chillida, dans des compositions abstraites à croissance organique.

la galeria cadaqués s’est acquittée d’une tâche très importante et même légendaire en tant qu’éditrice d’œuvres graphiques, dont certaines sont présentées dans cette exposition. vous pouvez voir deux œuvres, de beaux rythmes colorés (1977) de max huber, artiste et graphiste d’origine suisse et protagoniste de la typographie constructive de l’après-guerre; une avant-lettre de max bill, vier mal drei gleiche farbquanten (1990), édition pour l’affiche du festival de musique de cadaqués, et une édition exceptionnelle de 1943. vous pouvez également rencontrer des épreuves d’artiste et des gravures de richard paul lohse, dario grossi et heijō hang, appartenant à cadaqués portfolio one (1973); lequel, édité par bombelli, fut l’événement fondateur de la galeria cadaqués. de l’artiste jakob bill on présente la sérigraphie intégrée au cadaqués portfolio four (1997), à la mémoire de son père max bill. de françois morellet, vous pouvez rencontrer une édition exceptionnelle d’un dessin post-bauhaus réalisé avec le système aléatoire programmé (1997), ainsi que diagonale fragmentée (1978), un bijou contemporain en acier inoxydable. de sol lewitt, l’étonnante et belle xylographie sur papier japonais  a form driven from a rectangular solid (1992). de l’artiste antonio calderara, deux sérigraphies, en grand et petit format, de la série des variations chromatiques (1977). d’adolfo estrada, le seul représentant de art concret en espagne, on présente une frise de p/a des séries cassia (1975). finalement, rendant un hommage explicite à lanfranco bombelli, qui avait collaboré quand il était jeune à la reprise de l’art concret dans les années qui ont suivi la fin de la seconde guerre mondiale, l’on expose trois de ses œuvres graphiques en noir et blanc avec l’œuvre du jeune artiste gorka chillida.

du 20 juillet au 31 août 2019

Share: